jeudi 22 mai 2014

Père Patrice Gourrier - Électron libre

Sous la plume du très mesuré Mgr Pascal Wintzer, la mise au point vaut rappel à l'ordre. Dans un communiqué particulièrement incisif, l'archevêque de Poitiers a pris ses distances avec le père Patrice Gourrier (lire notre édition d'hier). Pas question pour lui d'être associé à la démarche du prêtre de son diocèse qui assurait avoir volé au secours de Jérôme Kerviel avec sa bénédiction. Entre les lignes, on comprend l'agacement de l'archevêque devant le spectacle qu'offre l'ancien curé de Saint-Porchaire sous l'œil des caméras à Menton et bientôt sous les paillettes du festival de Cannes pour défendre la cause de l'ancien trader. Jusqu'à présent, Mgr Wintzer avait toujours laissé cet électron libre faire entendre médiatiquement sa petite musique. Le laissant exprimer ses positions tolérantes en pleine mobilisation contre le mariage gay et pousser ses coups de gueules sur RMC. Allant même jusqu'à lui confier une mission sur le développement personnel et spirituel au sein du diocèse. Difficile de se priver d'une voix qui porte dans l'Église; surtout quand elle porte au-delà des chaires des églises. Mais pas question pour autant de s'associer à ses combats les plus déroutants.

Source: La Nouvelle République, Poitiers, 21 mai 2014
http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communautes-NR/n/Contenus/Articles/2014/05/21/Electron-libre-1915822 ____________________________

Les multiples vies du père Patrice Gourrier


Ancien éditeur devenu prêtre et psychologue, la “  Grande Gueule  ” de Saint-Porchaire veut se consacrer à la vie spirituelle depuis qu’il a frôlé la mort.
Le père Gourrier reçoit dans son cabinet de psychologue où il consulte trois demi-journées par semaine, dans le labyrinthe de pavillons du quartier sans âme du Pâtis. Pour le trouver, il suffit de suivre les panneaux du salon "  Univers Coiffure  "...
Le cœur serré, il a dû fermer les portes de son église, jeudi soir, et laisser à la rue une centaine de personnes venues participer à la méditation de pleine conscience qu'il organisait avec une nonne bouddhiste et un médecin psychologue. Pour ce prêtre pas tout à fait comme les autres, la religion doit être au service du développement personnel des individus. L'anecdote pose son homme. « Je suis forcément un peu marginal dans l'Église », admet-il.
Cela n'empêche pas Patrice Gourrier d'afficher complet à Saint-Porchaire en matinée et en soirée, tous les dimanches. Une messe au style très « tradi » assumé  : « Les gens ont besoin du rituel bien établi. Il faut que ce soit beau une messe avec une procession d'entrée, une croix, une statue de la Vierge, de l'encens et une vingtaine d'enfants de chœur... »
Très sollicité pour les municipales
La paroisse a son compte Twitter, sa page Facebook et les fidèles ont chaque semaine à disposition une copie de l'homélie du dimanche précédent sur laquelle figure un flashcode renvoyant à la capture vidéo mise en ligne sur Dailymotion  ! Le succès populaire du père Gourrier se mesure d'ailleurs au produit des quêtes, en hausse de 120  % depuis son arrivée à Saint-Porchaire, il y a six ans.
« Je n'oublie pas que j'ai été ordonné pour le service de Dieu et des Hommes  ; il n'était pas précisé pour le service de 4  % de catholiques pratiquants », lance Patrice Gourrier en sachant que la formule fera réagir. « Je ne peux pas plaire à tout le monde mais je ne veux blesser personne, s'excuse-t-il. Je suis en contact avec des familles très catholiques et avec des couples homosexuels... En ce moment, j'ai un échange avec un salafiste rencontré à la radio, un auditeur de RMC, et c'est passionnant. »
Le père Gourrier est en effet une des « Grandes gueules » de l'émission du même nom. Un curé médiatique habitué des plateaux de télévision et auteur d'une quinzaine de livres dont le très osé, Parlez-moi d'amour, co-écrit avec l'ancienne actrice porno Brigitte Lahaie.
Il assure avoir voulu « tout arrêter », en début d'année, après avoir frôlé la mort à la suite d'une grave occlusion intestinale  : « Mon archevêque est venu me voir quand j'étais hospitalisé et il m'a demandé de continuer. »
 Depuis, cette expérience et le sentiment de « vivre avec une bombe dans le ventre » l'ont conduit à une nouvelle révélation. « Je veux faire la part entre ce qui est essentiel et ce qui ne l'est plus », explique-t-il. Moins de réunions, plus de méditation.
Le père Gourrier sait déjà qu'il ne sera plus curé de Saint-Porchaire l'an prochain après le redécoupage des paroisses. Pas question pour autant d'envisager l'avenir ailleurs qu'à Poitiers ou de prendre en charge une autre paroisse  : « Je suis très attiré par la vie spirituelle  ; il faut inventer de nouvelles missions pour les prêtres. » Il n'y a pas de raison, après tout, que l'Église ne se soucie pas du développement personnel de ses serviteurs.
en savoir plus
Le père Patrice Gourrier vient de créer un site Internet dédié à « la progression humaine et spirituelle par la méditation » avec la nonne bouddhiste Gelongma Davina, autrefois connue pour ses cours d'aérobic à la télévision  : www.pere-moniale.com
Il vient aussi de publier « Deviens ce que tu es » avec Jérôme Desbouchages pour aider les lecteurs à retrouver confiance en eux. Il propose par ailleurs des séances de méditation gratuites tous les lundis, de 12  h  45 à 13  h  15, à l'église Saint-Porchaire, rue Gambetta, à Poitiers.
Baptiste Bize
Source: La Nouvelle République, Poitiers, 7 avril 2013,
http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Loisirs/24H/n/Contenus/Articles/2013/04/07/Les-multiples-vies-du-pere-Patrice-Gourrier-1401001