dimanche 29 juin 2014

Grande-Bretagne - Contre l'islamisation des écoles

En Grande-Bretagne, l'expression « Trojan horse » désigne l'islamisation des écoles publiques de la région de Birmingham, abritant la plus grande communauté pakistanaise du pays. Depuis plusieurs années, de nombreux parents, eux-mêmes musulmans mais non pratiquants, tirent la sonnette d'alarme. Deux ténors du parti conservateur, le ministre de l'Education, Michael Gove, et la ministre de l'Intérieur, Theresa May, se sont emparés du
sujet. Problème de l'éducation multiculturelle ou problème pour les services antiterroristes britanniques ? 

Pour assurer 
ses arrières, Gove a confié
le dossier à Peter Clarke, ancien membre des services
de contre-espionnage. Cette semaine, l'Ofsted, l'organisme « d'inspection des écoles, publiait les résultats d’une étude menée entre le 5 mars et le 1er mai. 

Sur 21 écoles contrôlées, cinq ont donné entière satisfaction. Les autres doivent être « nettement améliorées ». Ofsted veut mettre fin à une véritable « culture de la peur et
 de l'intimidation » imposée à l'intérieur de ces
 écoles par des religieux. Un proviseur apeuré a même demandé à voir les inspecteurs d'académie dans le parking d'un supermarché, de crainte de représailles. 

Dans ces écoles, la ségrégation mentale et physique entre garçons et filles est favorisée sinon imposée pour certains cours, et les enseignants font l'objet de réprimandes s'ils ne sont pas vêtus de façon assez islamique.
AGNÈS-CATHERINE POIRIER
Source : Marianne, 20 juin 2014