lundi 7 juillet 2014

Scientologie - Une braderie un brin mitigée

Est-ce le temps maussade ou le début des vacances qui a enlevé à la braderie sa foule ordinaire
Matinée morose dans les allées de la grande braderie annuelle hier. Les commerçants, ambulants et sédentaires, sont au rendez-vous mais les clients peinent à se montrer. Il est 10 h 30 et la rue Plantagenêt est clairsemée. Les derniers vendeurs terminent d'agencer leurs étals devant un public curieux mais pas décidé.
Il faut dire que les petites robes lé- gères, les chapeaux ou les sandales ne sont pas très « raccords » avec le ciel : nuages bas et épais grisaillent le centre-ville.
Rue Chaperonnière, des emplacements sont encore vides alors que la place du Ralliement, vide d'animation, a été interdite aux commerçants
ambulants. Rue Voltaire, l'espace est en revanche étroit pour circuler entre les étals. Des commerçants s'énervent. Il y a de la fébrilité dans l'air.
Les affaires tournent mieux rue Lenepveu
« D'habitude, on vend une bonne partie de notre marchandise ici », explique Giovanni devant une montagne de jeans. « Mais là, si le temps vire à la pluie, c'est mort ».
Rue Lenepveu pourtant, un attroupement s'est formé autour d'un stand. Une dame expose l'argument imparable du camelot qui donnerait presque sa marchandise. Elle vend des parfums « certifiés » de marque.
Elle donne même du « Jean-Paul Gaultier • à celui qui achète un lot. De quoi tourner la tête des clients prêts à s'arracher des parfums d'un  luxe parfois un peu suranné.
 C'est aussi dans cette rue commerçante que les affaires tournent le mieux. Un chausseur propose des modèles à plus de 70 % de réduction. Les vendeurs, galvanises par la clientèle frénétique, haranguent les passants pour leur vanter la bonne affaire. . . Rue Saint-Laud, artère moins prisée des camelots, les commerçants proposent aussi de belles réductions sur des produits peut-être un peu marginaux. Même les friperies se sont jointes à la valse des étiquettes proposant des rabais sur les vêtements d'occasion qui encombrent leurs portants. Un magasin de déco a sorti des objets insolites - et peut-être invendables - dont un vieux volet de bois couleur parme et une brouette à foin !
Autre incongruité dans cette braderie, un stand de l'église de Scientologie rue de l'Aiguillerie. On pouvait y trouver, pas vraiment bradés, des ouvrages sur la dianétlque et des oeuvres de Lafayette Ron Hubbard, grand créateur de cette église toujours considérée comme une secte en France... Une présence d'ailleurs dénoncée en soirée par l'antenne angevine de la Ligue des Droits de l'Homme.
Source : Le Courrier de l’Ouest, 6 juillet 2014