mardi 2 décembre 2014

Cervis compris - Les sauteurs de conscience

Prêt à sauter ? Hop! Et 6 200 euros quantiques à refiler aux guides de ce drôle de voyage à Nantes
Présenté sur le site officiel municipal nantes.fr, le congrès du 4 octobre dernier à la Manu s’appelait «Conscience et/ou cerveau. Physique quantique et philosophie intégrale pour un nouveau paradigme ». Tout simplement. L’invitation émanant d’un groupe Cervis-Atlantique qui travaille sur le cortex avec un kit hétéroclite, de la « pensée psycho-magique » au décodage biologique, du « voyage symbolique en état modifié de conscience » à l’ennéagramme en passant par le chamanisme et Freud.
Les séances ont lieu dans un château près de Niort. Ça coûte 320 euros par module et, en deux ans, il y en a vingt pour parvenir à la « rencontre avec la splendeur » en soi, ce qui fait la splendeur – qu’on a déjà en soi, donc – à 6 200 euros.

Pour le colloque, c’est moins cher: 80 euros par tête de pipe. Le psycho-philo-astrologue Fréderic Baudain y a parlé* des trucs qui lient cerveau et âme, en direct. Autre régionale de l’étape, Nicole Confais, psychiatre et psychothérapeute, a présenté sa marotte, la « vision intégrale » nécessitant, un « saut quantique de conscience». Avec ou sans élan, on ne sait pas.
La physique quantique moulinée à la sauce new age, c’est une tendance qui a démarré aux États-Unis en 1970, établissant des parallèles fumeux entre les principes de la physique quantique et des mysticismes orientaux, forgeant par exemple des théories de guérison psychosomatique imaginant le renversement du processus de vieillissement, voire l’immortalité par l’adoption d’une « vision quantique du monde »... Il suffit de se réclamer de la physique quantique qui fait très sérieux pour avancer des élucubrations et leur donner un vernis scientifique. Spécialiste de l’« intelligence extra terrestre », l’Italien Massimo Teodorani a causé* «du rôle du cerveau humain dont le système neuronal semble le reflet individuel  de cette conscience cosmique ». Il y avait un peu de monde*. Ça doit être ça, avoir le sens du cosmique troupier.
Charles Attant
* Enfin, sans doute : en fait, Lulu n’y était pas, ce jour-là, y avait coaching apéro avec des chips paradigmatiques et des olives de pleine conscience.
Source : La lettre à Lulu, n°86-87, 7 novembre 2014,
http://www.lalettrealulu.com/La-Lettre-a-Lulu-N-86-87_a2376.html