lundi 27 février 2012

Yoga et scandales sexuels : pas de surprise de ce côté ci

Par William J. BROAD

L'image saine de yoga en a pris un coup ces dernières semaines, lorsqu’une étoile montante de la discipline est retombée sur terre. Après des accusations d'inconvenance sexuelle envers ses étudiantes, John Friend, le fondateur d’Anusara, l'un des styles les plus en vogue au monde,  a déclaré à ses pratiquants qu'il se retirait pour une durée indéterminée d '«auto - réflexion , de traitement et de retraite personnelle. "

M. Friend prêchait une évangile de poses douces mélangée à un esprit d’ouverture visant à favoriser l'amour et le bonheur. Mais Elena Brower, une ancienne pratiquante , a déclarée que les initiés connaissaient de son " penchant pour les femmes " et son amour pour "la fête et le plaisir."

Quelques-uns avaient une idée sur ses indiscrétions sexuelles, a-t-elle ajouté. Cette hypocrisie apparente a bouleversé de nombreux adeptes .


" Ces gens sont dégoutés, " a écrit Mme Brower dans le Huffington Post. «Ils sont naturellement déçus d'apprendre qu'il a triché avec ses amies à plusieurs reprises » et « a menti à tant de gens. "

Mais ce n'est pas la première fois que la façade éclairée de yoga  se fissure suite à un scandale sexuel. Pourquoi le yoga produit-il tant de coureurs de jupons ? Et pourquoi les tapages qui en résultent laissent tant de gens choqués et bouleversés ?

Une des causes est l'ignorance. Les professeurs de yoga et les livres sur la pratique mentionnent rarement que la discipline a commencé comme un culte du sexe - une omission qui laisse de nombreux pratiquants exposés à la surprise libidinale.


George Rose / Getty Images
GOUROU DES CELEBRITES Swami Muktananda
avait plusieurs milliers de fidèles, y compris des célébrités.
Un de ses hauts conseillers l’a accusé d’être un invétéré
coureur de jupons et un hypocrite au sujet de la sexualité
Le Hatha yoga - père des styles maintenant pratiqué partout dans le monde – est né d’une branche du Tantra. Dans l’Inde médiévale, les adeptes du Tantra ont cherché à fusionner les aspects masculin et féminin du cosmos en un état ​​de félicité de la conscience.

Les rites de sectes tantriques, bien que souvent imprégnée de symbolisme, incluent également des pratiques sexuelles  individuelles et en groupe. Un texte conseille aux fidèles de vénérer l'organe sexuel féminin et de profiter de rapports sexuels vigoureux. Les candidats pour ce culte incluaient des actrices et des prostituées, ainsi que les sœurs des pratiquants.

Le Hatha yoga à  l’origine est un moyen d'accélérer le programme d’apprentissage tantrique. Il utilisait des poses, une respiration profonde et stimulante des actes - y compris des rapports sexuels – pour hâter l’atteinte de la félicité extatique. A cette époque, Tantra et Hatha avaient mauvaise réputation. La critique principale était que ses pratiquants se livraient à une débauche sexuelle, sous prétexte de spiritualité.

Au début du 20e siècle, les fondateurs du yoga moderne ont beaucoup travaillé pour gommer la tache tantrique. Ils ont conçu une discipline aseptisée qui a minimisé l'ancien érotisme pour mettre un accent nouveau sur la santé et la forme physique.


Mark Sullivan / WireImage
EN RETRAITE indiscrétions sexuelles
de John Friend a bouleversé de nombreux
adeptes de yoga Anusara, qu'il a fondé.
B.K.S. Iyengar, l'auteur de « Lumière sur le Yoga », publié en 1965, illustre ce changement. Son livre ne fait aucune mention des racines tantriques du Hatha yoga et a présenté la discipline comme une panacée pouvant guérir près de 100 maladies et affections. Ainsi les pratiquants modernes ont adopté un simulacre de Hatha blanchi à la chaux.

Mais au fil des décennies, beaucoup ont découvert par expérience personnelle que la pratique peut attiser les flammes sexuelles. Les régions pelviennes peuvent devenir plus sensibles et les orgasmes plus intenses.

La science a commencé à clarifier les mécanismes internes. En Russie et en Inde, les scientifiques ont mesuré une forte hausse du taux de testostérone - principale hormone de l'excitation sexuelle chez les hommes et les femmes. Des scientifiques tchèques qui travaillant avec des électroencéphalographes ont montré comment des poses peuvent entraîner des rafales d'ondes cérébrales indiscernables de celles des amants. Plus récemment, des scientifiques de l'Université de la Colombie Britannique ont démontré comment une respiration rapide – ce qui se pratique dans de nombreux cours de yoga - peut augmenter le flux sanguin au niveau des organes génitaux. L'effet a été montré comme suffisamment fort pour favoriser l'excitation sexuelle non seulement chez les individus sains, mais aussi parmi ceux qui ont une libido diminuée.

En Inde, des études cliniques récentes ont montré que les hommes et les femmes qui pratiquent le yoga font état d'améliorations importantes dans leur vie sexuelle, y compris un sentiment accru de plaisir et de satisfaction ainsi qu’une proximité émotionnelle avec les partenaires.

À l'Université Rutgers, les scientifiques étudient comment le yoga et les pratiques connexes peuvent favoriser une félicité auto-érotique. Il s'avère que certaines personnes peuvent atteindre par la pensée des états d'extase sexuelle - un phénomène connu cliniquement comme orgasme spontané et populairement comme " être parti. "

Les chercheurs de Rutgers utilisent des scanners du cerveau pour mesurer les niveaux d'excitation chez les femmes et comparer leurs réponses observées avec des lectures de stimulation manuelle des organes génitaux. Les résultats démontrent que les deux pratiques allument le cerveau d'une manière caractéristique et produisent des augmentations significatives de la pression artérielle,  de la fréquence cardiaque et de la tolérance à la douleur - ce qui s'avère être une signature de l'orgasme.

Depuis que les baby-boomers ont découvert le yoga, l'excitation, la transpiration, la respiration profonde et l’état de dénuement, qui caractérisent les cours de yoga, cela a conduit à des résultats prévisibles. En 1995, les relations sexuelles entre élèves et enseignants étaient devenues si répandues que l’Association des Enseignants en Yoga de Californie a dénoncé cela comme immoral et a demandé la mise en place de normes strictes.

«Nous avons écrit un code, " a déclaré Judith Lasater, présidente de l’association, à un journaliste, « parce qu'il y avait tellement de violations en cours. "

Si le yoga peut susciter cela des praticiens de tous les jours, il a apparemment des effets similaires, sinon accrus, sur les gourous – arborant souvent des charmes extravertis, dans une excellente condition physique, certains enthousiastes à l’idée de vénération.

Parmi eux, les misanthropes offrent un hommage doux-amer aux pouvoirs revitalisants de yoga. Avec un nombre surprenant qui ont 60-70 ans.
 

Barry Levine Z / Getty Images
GURU ACCUSÉ Swami Satchidananda
était une superstar du yoga qui a appelé
à la prière à Woodstock.
Swami Muktananda ( 1908-1982 ) était un indien d’un grand charisme qui aimait les lunettes noires et les vêtements voyants.

Au faîte de sa gloire, vers 1980, il a attiré des milliers de fidèles - dont des stars de cinéma et des célébrités politiques - et a réussi à mettre en place un réseau de centaines d’ashrams et centres de méditation à travers le monde. Gardant la main sur ses principaux sanctuaires en Californie et à New York .

Fin 1981, quand un proche collaborateur a accusé  le vénéré yogi d’être en fait un invétéré coureur de jupons et un hypocrite au sujet de la sexualité, qui a utilisé la menace de violence pour cacher sa duplicité, M. Muktananda s’est défendu comme un saint persécuté, et est décédé peut après d'une insuffisance cardiaque.

Joan Bridges était une de ses maitresses. À l'époque, elle avait 26 ans et il avait 73 ans. Comme beaucoup d'autres adeptes, Mme Bridges a vécu une période difficile avant d’oser trouver à redire sur un homme qu'elle considérait comme un dieu virtuel, au-dessus de la loi et de la morale.

«Je suis à la fois ravie et confuse, » dit-elle dans l’intimité de son premier message sur le Web. " Il nous disait être dans le célibat, alors comment cela pouvait-il être sexuel? Je n'avais pas de réponses. "

Dénoncer ces coureurs de jupons, c’est admettre des années d'études et de dévotion inutiles. Donc, beaucoup de femmes ont fini par se blâmer  elles-mêmes. Trier la réalité prend des années et parfois des décennies de douleur et de réflexion, conseil et psychothérapie. Au fil du temps, les victimes ont commencé à se battre.

Swami Satchidananda (1914-2002) était une superstar de yoga qui a appelé à prier à Woodstock. En 1991, des manifestants brandissant des pancartes («Arrêtez les abus », « arrêtez de la couvrir" ) ont défilé devant un hôtel en Virginie, où il parlait lors d’un symposium.

" Comment peux-tu t’autoproclamer instructeur spirituel», a crié une ancienne adepte dans le public, " quand tu m'as molesté, moi, et d’autres femmes ? "
Une autre affaire concernait Swami Rama ( 1925-1996 ), un homme grand avec un visage d'une beauté frappante. En 1994, une de ses victimes a déposé plainte pour tentative d’abus sexuel dans son ashram Pennsylvanie, quand elle avait 19 ans. En 1997, peu de temps après sa mort, un jury a accordé à cette femme près de 2 millions de dollars en dommages-intérêts compensatoires et punitifs.

De même, d’anciennes adeptes de l'ashram Kripalu, à
Berkshires, ont obtenues plus de 2,5 millions de dollars après que son gourou de longue date - un homme qui a donné des conférences passionnantes sur la valeur spirituelle de la chasteté - ait avoué de nombreuses affaires.

Le drame avec M. Friend en est encore à son début. Pour le moment, au moins 50 enseignants d’Anusara ont démissionné, et le sort de son entreprise reste incertain. Dans sa lettre aux fidèles, il a promis de faire " une déclaration publique complète qui sera transparente et abordera l'intégralité de la situation. "

L'angoisse des anciens enseignants d’Anusara est palpable. «Je ne peux plus soutenir un enseignant dont les actions ont causé des dommages irréparables à notre communauté bien-aimée ", a écrit Sarah Faircloth, un instructrice de Caroline du Nord, sur son site Web.

Mais peut-être que si les élèves et les enseignants en savaient plus sur ce que le Hatha yoga peut faire, et ce pour quoi il a été conçu, ils se trouveraient moins sujets à la surprise et à la détresse de la dépendance au yoga.

William J. Broad est l'auteur de " La Science du Yoga: les risques et les récompenses », publié ce mois-ci par Simon & Schuster.

Source : The New-York Times, 27 février 2012, traduit avec l’aide de Google Traduction
http://www.nytimes.com/2012/02/28/health/nutrition/yoga-fans-sexual-flames-and-predictably-plenty-of-scandal.html?pagewanted=all&_r=1&