mardi 25 février 2014

Une curieuse promotion de la Méditation transcendantale dans la presse ?

Le mouvement de la Méditation Transcendantale fut créé par le  Maharishi Mahesh, technique qui diffusa dans le monde entier à partir de 1961, lorsqu’il s’installa au Etats-Unis.
Ce mouvement connut un énorme succès dans les années 70, attribuant une thématique à chaque année - 1972 : l'année du plan mondial - 1973 : l'action - 1974 : le succès - 1975 : année de l'illumination...
Les fonds du mouvement proviennent des dons faits par les adeptes et des contributions des différentes structures nationales assurant les formations dispensées par l’organisation.
Au niveau croyances, la Méditation transcendantale considère que toute personne a des pensées générées par une Source enfouie au plus profond d’elle même. Cette Source constitue l'Etre, le Moi de l'homme et serait à l'origine d'une énergie inépuisable. Toute personne capable de remonter en quelque sorte jusqu’à la genèse de ses pensées, pourrait entrer en contact avec cette Source et atteindre cette énergie inépuisable. Elle vivrait alors un moment "transcendantal".
Cette technique permettrait d’atteindre un quatrième état de la conscience (en plus de l'éveil, du sommeil et du rêve), puis des niveaux supérieurs: la conscience cosmique, la conscience cosmique affinée et la conscience unique, et enfin le stade de l'illumination avec la perception des manifestations de l’Etre éternel.
Rapidement, il a été observé que la pratique de la Méditation transcendantale s’accompagnait de problèmes physiques (douleurs d'estomac et aux intestins, maux de tête, troubles du sommeil, troubles de nature épileptique, fatigue) ainsi que de troubles psychiques (apparition ou aggravation de troubles tels que l'affaiblissement partiel des facultés mentales, la dépression, les sentiments d'angoisse, les sentiments d'agitation, la nervosité, les sentiments d'isolement, les hallucinations, l'hypersensibilité, le délire de persécution).
L’ensemble conduisant à des modifications des traits comportementaux, avec une dépersonnalisation, une perception de la réalité basée sur les théories de la Méditation transcendantale, une altération du sens critique, une régression du libre arbitre et de la concentration, le tout souvent lié une irritabilité. Ces altérations de personnalité se répercutant sur la vie sociale et affective des adeptes, qui considèrent alors l’apparition de ces difficultés comme liées à un « mauvais Karma ».
La théorie de la Méditation transcendantale est une forme adaptée de  la doctrine de l’Advaita-Vedanta, Advaita signifie « non dualité » (par opposition à la dualité qui sépare tout à fait la matière de la sphère de la pensée). Cette croyance tend à établir un lien supposé entre la matière, la pensée, l’âme individuelle, le Soi et l’âme universelle de l'Absolu. Cette tradition hindouiste contient donc une vision moniste de la réalité.
La pratique de la Méditation transcendantale s’accompagne d’une cérémonie d’initiation, au cours de laquelle l’adepte reçoit son mantra, mot d’apparence assez anodine, qui sera utilisé pour quitter la réalité et atteindre la réalité subtile et l'Etre transcendantal.
En France, depuis le rapport n° 24568 de l’Assemble nationale fait un nom de la Commission d’enquête sur les sectes de 1995, la Méditation transcendantale est considéré comme étant un mouvement de nature sectaire.

Aussi le CIPPAD  a–t-il été surpris en parcourant l’article intitulé « Quel type de méditation est fait pour vous? » à  la rubrique Tendances du magazine l’Express sur le net, où aux côtés de descriptions de la Méditation active et de la Méditation de pleine conscience, on peut y lire le paragraphe suivant :

« La méditation transcendantale

Cette forme de méditation est sans doute la plus répandue dans le monde. Assez simple à apprendre, elle peut se pratiquer au quotidien et ne nécessite qu'une vingtaine de minutes. Relaxation et détente physique sont les deux principales sensations obtenues grâce à la méditation transcendantale. L'une des particularités de cette dernière est l'utilisation d'un mantra précis qui prend la forme d'un son ou d'une syllabe à répéter à un rythme défini au préalable. »

Une maladresse ou une mauvaise information, c’est le plus probable.

Source : CIPPAD, 25 février 2014
http://www.cippad.com/2014/02/une-curieuse-promotion-de-la-meditation.html