samedi 26 juillet 2014

Pas-de-Calais : le guérisseur « chassait le mal »... à l’aide de pratiques sexuelles

Marles-les-Mines - Un Marlésien sexagénaire a été interpellé mardi matin par la police. Une jeune femme a porté plainte contre cet homme qui se dit guérisseur et voyant : elle dénonce des agressions sexuelles, alors qu’il explique avoir voulu « chasser les mauvais esprits de son corps ».
Natacha (1) n’avait que 13 ans quand ses parents l’ont emmené, pour la première fois, chez ce Marlésien connu dans le secteur pour avoir des dons de guérisseur, de magnétiseur et de voyance. C’était en 2003. Il consultait visiblement gratuitement, pour aider son prochain. Elle y est retournée régulièrement pour soigner des petits bobos, sans trop réfléchir aux méthodes utilisées. Il expliquait qu’il devait poser la main sur la partie du corps douloureuse pour la soigner : sur le sexe pour des règles douloureuses, sur la poitrine si le mal touchait les poumons, etc. Avec un signe de croix fait avec le pouce, qui déviait parfois à ce qui ressemble à des attouchements.
Natacha a consulté le Marlésien durant dix ans. Accompagnée de ses parents, quand elle était mineure, puis seule, même après avoir quitté le secteur pour emménager dans le Nord. L’an dernier encore, elle est allée voir son guérisseur pour des problèmes de couple. L’homme, aujourd’hui sexagénaire, lui a proposé de « chasser les mauvais esprits de son corps ». Avec un remède surprenant : avoir une relation sexuelle avec lui. La jeune femme s’est exécutée et a eu cette relation sexuelle, de façon consentante.
« Dans un but bienfaiteur »
Mais Natacha a visiblement pris conscience que le Marlésien avait profité d’elle et a finalement poussé la porte du commissariat pour porter plainte pour agressions sexuelles commises entre 2003 et 2013. Interpellé mardi matin par les policiers marlésiens et placé en garde à vue, le sexagénaire a reconnu les pratiques dénoncées : la main posée sur la partie du corps malade et le signe de croix mais « dans un but bienfaiteur », comme il l’a fait sur d’autres personnes. Il a également reconnu la relation sexuelle, justifiée selon lui par la nécessité de « prendre son âme et éviter le recours à la sorcellerie pour sauver son couple »...
Le parquet de Béthune a finalement décidé de lever la mesure de garde à vue et a ordonné une expertise psychologique du guérisseur, qui sera réalisée le 9 septembre, avant de décider d’éventuelles poursuites judiciaires à engager.
(1) Prénom d’emprunt
STÉPHANE DEGOUVE
Source : La Voix du Nord, 24 juillet 2014,
http://www.lavoixdunord.fr/region/marles-les-mines-le-guerisseur-chassait-le-mal-ia32b54016n2289880?xtor=RSS-2