mercredi 1 octobre 2014

Ordre Rénové du Temple - Cameroun: Financement des Organisations Ésotériques, La SNH bientôt devant le Tribunal Criminel Spécial

Une plainte a été déposée au Tribunal criminel spécial par « le collectif 10 millions contre l’impunité et la corruption » contre la SNH pour des décaissements au profit de Raymond Bernard, fondateur du Centre international de recherches culturelles et spirituelles (Circes).
Les brigands de la République du Cameroun détestent visiblement ce beau pays. On enfonce le clou plus profond avec des scandales dans les finances publiques. Des lois pour des plus filous, des voyous, des voleurs, des arnaqueurs et des rapaces du système en place qui gèrent insidieusement les budgets de l’Etat.
Tenez, le collectif 10 millions contre l’impunité et la corruption vient de porter devant le Tcs une affaire de détournement de fonds dans la Société Nationale des Hydrocarbures du Cameroun (SNH). Ce détournement a été fait au profit d’un certain Raymond Bernard, fondateur de l'Ordre rénové du Temple (ORT) qui est présenté comme le « berceau » de l'Ordre du Temple solaire. Dans cette affaire scabreuse qui s’assimile à une nébuleuse d’un autre genre, il est difficile de comprendre les raisons de cette dépense faramineuse et somptuaire dont le perdant reste le Cameroun autrement dit, les Camerounais. Selon nos sources et notamment un article paru dans le journal « la Monde » dans sa version web du 16 août 2000 et dans l’hebdomadaire camerounais « Ouest-Echo » du 23 au 29 Août 2000 il y a près de quinze ans, c’est pendant une enquête ouverte contre le gourou d’une secte, le nommé Jo Di Mambro qui était accusé d’avoir organisé dans le cadre de cette secte des suicides collectifs que le juge en charge de l’affaire, N. Luc Fontaine du Tribunal de Grenoble en France, va constater que des sommes astronomiques ont été remises à M. Raymond Bernard, un complice de Jo Di Mambro par la Société Nationale des Hydrocarbures du Cameroun. Selon des sources judiciaires françaises, de 1992 à 1998, plusieurs milliards de francs cfa ont été virés sur le compte personnel de Raymond Bernard, par la Société nationale des hydrocarbures (SNH) du Cameroun. Il faudrait rappeler somme toute qu’il aurait fallu qu’indirectement le peuple camerounais découvre que son argent est dilapidé par des mains tapies dans l’ombre avec pour seul objectif : détruire et voler. Y’a-t-il lieu de penser que la justice de notre pays est à tête chercheuse ? Sinon comment comprendre que certains fonctionnaires soient aux arrêts de rigueur tandis que d’autres se baladent impunément alors que les faits qui leur sont reprochés sont pires que ceux reprochés à ceux déjà au gnouf.
Nous voulons ici démentir l’information selon laquelle la Snh aurait financé la Rose Croix, mais c’est plutôt l’organisation de Raymond Bernard qui a bénéficié des virements de la Société nationale des hydrocarbures. Nous nous excusons d’ailleurs de l’erreur qui s’est glissée dans notre dernier article sur le sujet. Au regard du rebondissement de cette affaire aujourd’hui transmit au Tcs, l’on est en droit de se demander si la volonté du pouvoir d’Etoudi est d’anéantir, comme le pense une certaine opinion, des résistants ou des opposants à Paul Biya ? Force est de constater que ce contraste saisissant a fait son lit au Cameroun. C’est pour cette raison que ces « massacreurs » des caisses de l’Etat se bombent le torse conscient de ne point être inquiétés aussi longtemps qu’ils ne lorgneront pas le fauteuil présidentiel. Le Cameroun pays où l’on est prompt à en faire un Etat de droit, est plutôt une chefferie traditionnelle anarchique mieux une république bananière. Le « collectif 10 millions contre l’impunité » attend donc de voir ce qu’il adviendra de cette dénonciation qui a été adressée au Procureur de la République près le Tribunal criminel spécial contre la Société Nationale des Hydrocarbures.
Fidel Castro Mouzong
Source : 237 Online, 11 août 2014,
http://www.237online.com/article-04533-cameroun-financement-des-organisations-esoteriques-la-snh-bientot-devant-le-tcs.html

À lire également :