lundi 3 novembre 2014

New Age, petite entreprise qui craint aussi la crise ?

Nous avons tous en tête le célèbre sketch des Inconnus sur la chasse à la gallinette cendrée avec ses « bons chasseurs » et ses « BONS CHASSEURS », qui voient et qui tirent.

Il semble que question New Age, la crise aidant, ça soit un peu la même chose, avec le « bon New Age » et le « BON NEW AGE ».

Pour preuve, une récente annonce parue dans un gratuit de la région montpelliéraine et proposant d’assister à une « conférence-débat ouverte à tous !», à condition toutefois de débourser 7€.

Le thème ? 
"New age, néo-spiritualités, tantra : complaisances, errances et impostures..."
”Dans la mouvance du mouvement new age amorcé dans les années 60, nous sommes aujourd’hui témoins d’une véritable déferlante de propositions et de publications dans le champ du développement personnel, des nouvelles spiritualités, du coaching de vie... Ces invitations au développement de soi vont des thérapies quantico-énergétiques, à la sexualité sacrée, en passant par des résurgences traditionnelles comme le néo-shamanisme, mêlant traditions authentiques et syncrétismes de toutes sortes. Comment s’y retrouver dans cette jungle d’invitations où chacun semble pouvoir s’improviser en quelques mois coach, thérapeute, shaman, enseignant spirituel, maître tantrique ou thérapeute énergéticien ?”
Réunion d’information sur les dérives et les abus du New Age ?  

Pas vraiment ! Les deux animateurs de cette soirée en connaissent effectivement un rayon question New Age, mais peut-être pas là où l'on pourrait les attendre.

En y regardant de plus près, Michel, nous l’appellerons ainsi,  se définit comme « Psychopraticien, hypnothérapeute », formé auprès « d’instructeurs issus des traditions pratiques et théoriques de la non dualité (tantrisme, taoïsme, bouddhisme...) ». Michel a « exploré de nombreuses techniques de modification de conscience (rebirth, méditations tantriques, danses shamaniques, plantes enthéogènes, rêve lucide, rêve éveillé, yoga nidra, ondes bineurales...) ». Il « explore ainsi depuis 1999 les états de conscience induits par le son et l’image de synthèse, ainsi que les états sophroliminaux de transe et de créativité ». « L’explorateur » Michel propose aussi des stages en « psycho-énergie, hypnose, PNL.. », etc.
Quant à Stéphanie c’est une spécialiste en tantra de toutes les couleurs, qui fait aussi « le lien entre les approches de la psychologie traumatique et la dimension spirituelle ».
C’est un peu l’hôpital qui se moquerait de la charité. Et c’est pas bien d’aller imaginer que certains confrères New Agers pourraient-être moins compétents et faire preuve de « complaisances, errances et impostures ». Où allons-nous ?
Source : CIPPAD, 3 novembre 2014