mercredi 27 août 2014

Certains payent le prix fort pour la thérapie de Pleine Conscience, déclarent des experts

Les cours de MBCT se multiplient à travers le Royaume-Uni - mais la recherche aux États-Unis a montré
 que quelques-uns des pratiquants de certains types de méditation bouddhiste ont été envahis par des souvenirs
 traumatiques et des troubles dans leurs relations sociales. Photographie: Luis Alvarez / Getty Images / Vetta
Dans une chambre au premier étage, au dessus d’une rue embouteillée de Londres, une vingtaine de personnes sont affalées sur des  tapis et des coussins. Il y a un directeur de publicité, un directeur du personnel, un étudiant et un retraité. Un gong sonne doucement et une session de méditation assise commence. C'est l'un des plus de 1000 cours de Pleine conscience qui prolifèrent à travers le Royaume-Uni, une pratique adaptée à partir d'une tradition bouddhiste vieille de 2400 ans, et vers lesquels de plus en plus de gens aux prises avec l'anxiété, la dépression et le stress, se tournent.

L'enthousiasme bat son plein pour ces cours de thérapie cognitive (MBCT) basés sur la Pleine conscience depuis qu’une étude de l'Université d'Oxford a trouvé que cela pouvait réduire de 44% le taux de rechutes dans les dépressions.  Les chercheurs disent que c’est aussi efficace que la prise d'antidépresseurs. Pour cela il faut rester assis tranquillement, en se concentrant sur ​​votre respiration, et lorsque votre attention dérive la ramener à votre souffle - et c’est étonnamment difficile.
 
Les magazines débordent  de descriptions  de la Pleine conscience et le géant mondial de la publicité JWT a listé  la Pleine conscience comme l'une de ses 10 tendances pour façonner le monde en 2014, vu que les consommateurs développent "un désir quasi-Zen très présent pour tout expérimenter concernant la conscience" 

Mais les psychiatres ont maintenant lancé un avertissement indiquant que, tout en apportant des avantages, la méditation de Pleine conscience peut avoir des effets secondaires préoccupants. Il apparaît également que des enseignants sous-qualifiés se présentent comme experts de la Pleine conscience, y compris dans le Système national de soins [NHS].

Le problème ne vient pas d’une critique de la Pleine conscience, mais de ses partisans, comme le Dr Florian Ruths, psychiatre à l'hôpital Maudsley dans le sud de Londres. Il a lancé une enquête sur les effets indésirables de la MBCT [Ndc : Pleine conscience appliquée aux soins], qui inclus des cas rares de "dépersonnalisation", où les gens se perçoivent comme s’ils regardaient eux-mêmes dans un film.
 
"Il y a beaucoup d'enthousiasme pour les thérapies basées sur  la Pleine conscience et elles ont des effets très puissants», a déclaré Ruths. "Mais elle peut aussi avoir des effets secondaires. La Pleine conscience est utilisée chez des personnes potentiellement vulnérables atteintes de maladie mentale, y compris la dépression et l'anxiété, de sorte qu'elle doit être mise en oeuvre par des gens qui connaissent les bases de ces maladies lorsque les gens demandent l'aide de spécialistes. "

Son enquête suit le projet «nuit obscure» de l'Université Brown aux États-Unis, qui a recueilli comment certains méditants bouddhistes ont été envahis par des souvenirs traumatiques. Ces problèmes détectés par le professeur Willoughby Britton, chef du service de psychiatrie, comprennent "des aberrations cognitives, perceptives et sensorielles", des changements dans l’estime de soi et des troubles dans les relations sociales. Un moine bouddhiste, Shinzen Young, a décrit le phénomène de «nuit obscure» comme un "aperçu irréversible de vide intérieur", un "jumeau maléfique de l'illumination".

Les experts de la Pleine conscience disent que ces réactions extrêmes sont rares et font probablement suite à de longues périodes de méditation, comme des semaines de retraite silencieuse. Mais ces études représentent un nouvel élément de réflexion critique sur la méditation de Pleine conscience au milieu d'une avalanche de louanges.

La MBCT est généralement enseignée en groupes avec un programme de huit semaines, et les inscriptions s’arrachent rapidement. Ed Halliwell, qui enseigne à Londres et West Sussex, a déclaré que certains de ses cours étaient complets dans les 48 heures qui suivent leur annonce.

"Vous pouvez parfois avoir l'impression, du fait de l'enthousiasme qui est décrit à son sujet pour aider à lutter contre la dépression et l'anxiété, que la Pleine conscience est une pilule magique, que vous pouvez utiliser sans effort", a-t-il déclaré. "Vous commencez à vous concentrer sur votre souffle et tous vos problèmes seront résolus. Ce n'est pas du tout comme ça. Vous travaillez avec le cœur de vos expériences, vous apprenez à vous tourner vers elles, ce qui est difficile et peut mettre mal à l'aise."

La Pleine conscience se propage rapidement dans les salles communales, les écoles et les hôpitaux et même les bureaux des banques et des géants de l'internet tel que Google. L'application de méditation Headspace a maintenant 523 000 utilisateurs au Royaume-Uni, et son utilisation a triplé en 12 mois. Mais l’intérêt grandissant du public signifie que plus d'enseignants sont rapidement  nécessaires et l'inquiétude grandit quant à la pertinence de leur formation. Plusieurs sources ont déclaré au Guardian que certains services du NHS demandent à des professionnels de santé d’enseigner la Pleine conscience après avoir seulement suivi un cours de base pour débutants de huit semaines.

"C’est est inquiétant", a déclaré Rebecca Crane, directeur du Centre pour la recherche et la pratique de Pleine conscience à Bangor, qui a formé 2.500 enseignants au cours  des cinq dernières années. "Les gens participent à notre retraite de formation d’une semaine et sont ensuite mis sous pression pour l'enseigner très rapidement."

L’Université d'Exeter a lancé une enquête sur la façon dont 43 servies du NHS au Royaume-Uni répondent à la demande grandissante en MBCT.
 
Marie Johansson, chef clinique au centre de Pleine conscience de l'Université d'Oxford, a souligné la nécessité d'une formation appropriée d'au moins un an avant que les professionnels de santé puissent enseigner la méditation, en partie parce que dans de rares occasions, cela peut s’avérer être des "expériences extrêmement pénibles".

"Suivre le cours est assez difficile," dit-elle. "Vous devez être raisonnablement stable et bien. Remarquer ce qui se passe dans votre esprit et votre corps peut être complètement nouveau, et vous pouvez découvrir qu'il y a des façons de penser, d'agir et de se comporter qui ne vous servent plus vraiment. Il peut y avoir des modèles qui interférent avec une vie saine et découvrir que ces modèles peuvent apporter des tas de réactions, ça peut-être trop difficile à appréhender. Quand ça n’est pas bien géré, la personne peut se renfermer, repartir avec une autocritique accrue et le sentiment d’avoir échoué".

Trouver le bon professeur est souvent difficile pour les personnes approchant la Pleine conscience pour la première fois. Les principales organisations d'enseignement de la Pleine conscience, y compris les universités d'Oxford, de Bangor et Exeter, envisagent d’établir d'un registre des enseignants qui répondent à un guide des bonnes pratiques. Ils souhaitent que les enseignants de Pleine conscience se forment pendant au moins un an et continuent sous le contrôle d’un superviseur. Certains bouddhistes se sont opposés à l'idée, faisant valoir qu'il est déraisonnable de réglementer une pratique ancrée dans une religion.

Lokhadi, un professeur de méditation de Pleine conscience à Londres depuis neuf ans, a une expérience régulière de certaines des difficultés auxquelles la méditation Pleine conscience peut conduire.

"Alors que méditation de Pleine conscience ne change pas l'expérience des gens, des choses qu’ils percevaient comme bien peuvent apparaître comme plus mal après», dit-il. "Comme la sensibilisation augmente, votre sensibilité aux expériences augmente. Si quelqu'un se sent vulnérable ou n'est pas bien supporté, ça peut le fragiliser. Cela peut conduire jusqu'à la douleur et toutes sortes d'émotions, qui doivent être habilement encadrées par un enseignant expérimenté et convenablement formé.

"Lors du choix d'un cours, vous devez connaitre la formation des enseignants, savoir s’ils sont encadrés par un superviseur et s’ils pratiquent eux-mêmes la méditation. Les enseignants des cours les plus réputés ont besoin d'un minimum de pratique de la méditation de deux ans, et il faut veiller à ce que les enseignants réunissent les principaux critères".

Robert Booth

Source : The Guardian, 25 août 2014, traduit par le CIPPAD avec l’aide de Google traduction,
http://www.theguardian.com/society/2014/aug/25/mental-health-meditation

Note du CIPPAD : La méditation de Pleine Conscience est dérivée de la méditation Vipassana, dont la pratique est connue comme pouvant engendrer des problèmes de déstabilisation mentale, ainsi que le rapporte l’association américaine International Cultic Studies Association.

Par ailleurs, une méta-analyse récente concernant la Méditation de Pleine conscience ainsi que des méditations utilisant des mantra, réalisée par l’Agence de santé américaine (AHRQ) en partant de 18 753 publications, incluant 47 essais cliniques avec 3515 personnes, conclut à "une évidence peu solide d’un possible effet" de la Méditation de Pleine conscience sur l’amélioration des états anxieux et dépressifs, pratiquée en l’absence de groupes contrôles. Par ailleurs, la Méditation de Pleine conscience, lorsque elle est comparée aux traitements de référence, ou à des contrôles appropriés, "ne montre aucun effet supérieur à ces derniers".
De plus, "il n’a pas pu être mis en évidence d’effet positif" de la Méditation de Pleine conscience sur une amélioration de l’humeur, l’attention, l’addiction à des substances (alcool, cigarettes, etc.), les habitudes alimentaires, la qualité du sommeil ou la surcharge pondérale (référence: Meditation Programs for Psychological Stress and Well-Being, Heffective Health Care Program, comparative Effectiveness Review, number 124, January 2014, Agency for Healthcare Research and Quality U.S. Department of Health and Human Services 540 Gaither Road Rockville, MD 20850 , www.ahrq.gov.).

Sur le même sujet :